Options de compilation pour Linux industriel (2)

Publié par cpb
Fév 26 2012

Dans le précédent article, nous avons examiné les options du menu General Setup à prendre particulièrement en considération lors de la préparation d’un noyau Linux pour un système embarqué ou temps-réel.

Examinons à présent d’autres options proposées dans un menu dont le nom varie légèrement suivant les architectures :

Architecture Menu
arm Kernel Features
avr32 System Type and Features
ia64 Processor Type and Features
m32r Processor Type and Features
m68kr Kernel Features
mips Kernel Type
openrisc Processor Type and Features
parisc Processor Type and Features
powerpc Kernel Options
sh Kernel Features
sparc Kernel Features
tile Tilera-specific Configuration
unicore32 Kernel Features
x86 Processor Type and Features
xtensa Processor Type and Features

 

  • Tickless system : pour les systèmes embarqués sur batterie, on activera généralement cette option qui permet au processeur de s’endormir “profondément” lorsqu’il est inactif. Sur un système temps-réel, au contraire on la désactivera, car l’endormissement du processeur rallonge le temps de réaction aux interruptions.
  • Timer Frequency : C’est la fréquence du tick système qui influe sur la granularité des timers logiciels de basse fréquence. Sur un système embarqué, on emploie généralement une fréquence de 300 Hz. Si le système est tickless, ce paramètre n’a pas d’autre influence que la granularité des jiffies.
  • High Resolution Timer Support : si l’architecture permet de disposer de timers haute résolution (fréquence supérieure à 1kHz) il est toujours intéressant de les utiliser. Cette option est indépendante de la précédente. Activée.
  • Preemption Model : sur les systèmes temps-réel ou interactifs, on sélectionnera l’option la plus préemptible. En particulier si le patch Linux-rt est appliqué, on choisira “Fully Preemptible Kernel” pour obtenir la meilleure réactivité face aux interruptions.
  • High Memory Support : sur les architectures (32 bits) où cette option est proposée, elle permet de gérer des quantités de mémoire élevées au prix d’un léger surcoût de gestion de la MMU. Sur des systèmes embarqués avec une faible quantité de mémoire (moins d’un Go), on choisira en général la valeur la plus faible ou on désactivera l’option.

Il existe beaucoup d’autres options dans ces menus. Elles dépendent généralement du support matériel utilisé, et devront donc être configurée en fonction de la plate-forme cible.

Nous examinerons quelques éléments appartenant aux autres menus de configuration dans le prochain article.

 

 

URL de trackback pour cette page